Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

My blog so chou

Lis, vis, aime

"La vengeance du pardon" d'Eric-Emmanuel Schmitt

"Les soeurs Barbarian":

A l'époque où 'échographie n'existait pas encore, Lily était très attendue, suivie par l'autre, Moïsette, à qui on a dû trouver un prénom à la va-vite. Physiquement, elles se ressemblaient à s'y méprendre.

De prime abord, on pourrait croire aussi qu'elles se portaient une grande affection mutuellement. Mais en réalité, Moïsette la mal aimée aura du mal à supporter sa double un peu trop parfaite qui lui porte ombrage en permanence, et s'en vengera de toutes les manières possibles.

Lily ne cessera jamais de pardonner les mesquineries et les méchancetés de sa soeur. Alors que Moïsette se servait de sa réussite pour humilier sa soeur, Lily usera de la sienne pour soutenir Moïsette.

C'est pourtant bien la douce et gentille Lily qui se retrouve sur le banc des prévenus ce jour, accusée d'avoir assassiné sa soeur. Le mal aurait-il triomphé sur le bien?

"Mademoiselle Butterfly"

William Golden était au faîte de sa carrière et de sa fortune. Son oncle ne s'est pas trompé en lui léguant sa banque que William a su fructifier et en faire une affaire florissante. 

Homme respectable sous toutes les coutures et respecté, William n'a pourtant pas toujours été ainsi. Quand il avait seize ans, avec ses complices du clan des Aigles, il a passé des vacances dans les Alpes. Insouciants, inconscients, irresponsables, ils passaient leur temps à se lancer des défis.

Jusqu'à ce défi de trop qui amènera William à abuser de la naïveté de Mandine, une belle jeune fille du village un peu simplette. Le temps a passé, William a enfoui les souvenirs de cette erreur de jeunesse loin dans sa tête, Mandine a tout pardonné à William. 

Mais la vie s'est chargée de lui rafraîchir la mémoire et l'obligera à faire face à ses responsabilités.

"La vengeance du pardon"

Laure Maurinier a été violée puis assassinée. Elle est la troisième des quinze victimes reconnues du tueur en série Sam Louis. Depuis que l'assassin de sa fille a été identifié puis écroué, Elsa Maurinier lui rend visite régulièrement en prison. Et même quand celui-ci sera transféré en Alsace, elle déménagera pour se rapprocher de la prison où il est enfermé. 

Patiemment, elle essaie de nouer des liens avec le bourreau. Celui-ci n'arrive pas à comprendre les motivations d'Elsa. Ne devait-elle pas le haïr, lui qui lui a arraché son unique enfant? Et il a raison. Depuis la mort de sa fille, Elsa n'est que haine, et c'est ce qui lui permet de rester vivante. 

Elle offre pourtant à Sam Louis une oreille attentive, essayant de ressusciter chez ce monstre l'humanité que a vie lui a ôtée.

Elle ira même jusqu'à accomplir ce que bon nombre d'entre nous seraient incapables de faire: lui offrir son pardon...

"Dessine-moi un avion"

Werner Von Breslau, 92ans, est un ancien pilote de l'armée allemande. Il a servi loyalement son pays jusqu'à la capitulation de son pays, mettant fin à la Deuxième Guerre Mondiale. Il vivait seul et quasiment en ermite au milieu de son jardin rempli de fleurs variées. 

Un jour Daphné, sa petite voisine de 8 ans vient rompre sa retraite en lui demandant de dessiner un avion, une demande tout à fait légitime du point de vue de la petite fille puisqu'il a été pilote avant! Daphné viendra par la suite lui rendre visite régulièrement et égayait les journées du vieil homme. Ils discutaient aviation et avions et tout ce qui s'y rapporte.

C'est tout normalement donc que Daphné arrive un jour avec "Le Petit Prince" écrit par l'auteur et pilote Antoine de Saint-Exupéry. Werner assiste alors à une conférence sur la vie de cet auteur pilote pour mieux connaître son histoire, et découvre une vérité qui va l'anéantir.

Il décide alors de réparer cette honte en accomplissant un acte qui, à ses yeux pouvait racheter sa conduite.

Mon avis:

Le titre du livre ne peut laisser indifférent puisqu'il associe deux concepts antagoniques. D'après le dictionnaire, le pardon est l'action de tenir pour non avenue une faute. On efface l'ardoise et on passe à autre chose. 

Ici pourtant, l'usage du pardon est détourné, il est asservi par le mal et est utilisé pour venger. 

L'auteur place ses lecteurs dans la position de jurés. Il les invite à se mettre dans la peau des différents protagonistes et à imaginer ce qu'ils auraient fait à la place des personnages.

Ces quatre nouvelles m'ont interpellée.  Elles m'ont poussée à réfléchir sur le véritable sens du pardon, à prendre position parfois, à essayer de comprendre le cheminement des réflexions des uns et des autres face à une situation donnée.

Une valeur sûre de cette rentrée littéraire 2017 que je vous recommande vivement!

Publié aux Editions Albin Michel

325 pages

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Rachel


Voir le profil de Rachel sur le portail Overblog

Commenter cet article