Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

My blog so chou

Lis, vis, aime

J'hésite entre tout dire et un drôle de silence

Dernièrement j'ai entendu à la radio, à une heure de grande écoute,  une émission consacrée à une partie de l'anatomie féminine réservée au plaisir et rien qu'au plaisir, celle-là même que les partisans de l'excision supprime pour des raisons obscures.

Comme pour réparer une omission vieille de plusieurs décennies voire plus, l'organe en question a été cité de nombreuses fois par les uns et par les autres. C'est ainsi que j'ai appris que l'injustice a été réparée, et que désormais il figure dans les schémas de l'anatomie féminine. Il a même eu droit à la une d'un grand magazine féminin avec tout un dossier qui lui a été consacré!

Vous l'aurez remarqué, j'ai du mal à le nommer, et je ne le ferai pas d'ailleurs :) Non pas par fausse pudeur, ni même parce que je suis bégueule, mais j'avoue avoir du mal à en parler en public.

Et je ne parle pas seulement de cet organe, mais du plaisir féminin en général. Oui, c'est bien que les schémas anatomiques soient conformes à la réalité. Oui, c'est bien qu'on dise que les femmes ont droit au plaisir aussi. Mais de là à en faire tout un ramdam, je suis moins d'accord.

Car voyez-vous, je trouve que les magazines, quand ils s'emparent d'un sujet,  s'en servent pour véhiculer des diktats qui desservent parfois plus les femmes qu'elles ne les aident. Ils définissent les mensurations de rêve, préconisent les aliments à privilégier ou à bannir, le rythme de vie à adopter, la manière de s'habiller, et maintenant proposent une définition du plaisir féminin. Et si vous avez le malheur de ne pas entre dans ces normes, vous culpabilisez, vous avez l'impression d'être passée à côté de quelque chose.

Ma mère me qualifie d'anti-conformiste, et à juste titre. Je veux me sentir libre d'adopter ou pas les codes de la société sans pour autant être une provocatrice. Je me conforme aux usages en connaissance de cause. Par exemple, je ne vais pas débarquer à un mariage en jean et baskets sous prétexte que je suis libre de faire ce que je veux. En revanche je n'hésite pas à marcher pieds nus dans la rue si mes chaussures me font très mal (au grand dam de mon fils d'ailleurs, très soucieux du regard des autres). Voyez-vous la nuance?

Je reviens à cette envie de tout dire au nom de la liberté d'expression. Le mouvement #metoo a libéré les paroles de femmes - et d'hommes aussi d'ailleurs - victimes de harcèlement ou de gestes déplacés. Mais le phénomène a pris une telle ampleur au point que certains hommes n'osent plus se retrouver seul avec une femme dans un ascenseur de peur d'être accusé de harcèlement, la loi actuelle présumant coupable avant que le contraire soit prouvé. De même, on ne sait plus quelle est la limite entre la drague et le harcèlement, compliquant un peu plus la communication spontanée déjà mise à mal par notre mode de vie.

Existe-t-il un entre-deux satisfaisant, un juste milieu entre les deux pour que cette liberté soit réellement une avancée et qu'elle nous soit réellement profitable?

Et vous, êtes-vous pour ou contre tout dire comme on veut, quand on veut?

Crédit photo : Pixabay

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

À propos

Rachel


Voir le profil de Rachel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marie Kléber 23/04/2019 16:49

En fait, je pense qu'il ne faut jamais faire de généralités.
Oui la parole libérée a permis à beaucoup de femmes de sortir de l'ombre, ce qu'elles ont vécu a été reconnu mais cela ne fait pas de tous les hommes des salauds.
Je te rejoins, aujourd'hui dès qu'un homme aborde une femme dans la rue, c'est tout juste si ce n'est pas considéré comme du harcèlement!
Il y a trop de "modes" à mon goût, trop de courants de pensée qui vont au final à l'encontre de la liberté de chacun.
Belle soirée Rachel

Rachel 23/04/2019 16:50

Entièrement d'accord avec toi!

Marie Kléber 23/04/2019 15:20

Je suis pour tout dire, pour mettre fin aux tabous...
Je suis pour la liberté de chacun. Pour moi il n'y a pas 1 plaisir, pas une seule manière d'être, d'agir, de vivre, d'aimer, d'expérimenter...
Je suis contre les cases et les codes...
Je suis contre la liberté des uns au détriment de la liberté des autres

Rachel 23/04/2019 15:29

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire...
Sauf que dans les faits, justement cette liberté de tout dire devient liberticide (je pense notamment à cette peur nouvelle inspirée par le mouvement #metoo).
D'où ma question sur la manière de pratiquer cette liberté pour qu'elle soit bénéfique pour tous.
Bisous Marie