Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

My blog so chou

Lis, vis, aime

Entre excellence et épanouissement

mots-renforcement-positfs-

Dans notre société actuelle, la méritocratie règne en maître incontesté. En France, il est quasiment impossible de trouver un bon poste sans être diplômé. Et encore, le prestige et la valeur des diplômes sont hiérarchisés. Les parents, soucieux de mettre du côté de leurs enfants toutes les chances d'avoir un avenir à l'abri des besoins, les poussent à se distinguer, au risque de nuire à leur bien-être.

Il est effarant d'entendre que des enfants souffrent de burn out, et je ne pense pas que les parents de ces enfants soient des tortionnaires. Au contraire, la grande majorité doit être des parents attentionnés, peut-être un peu trop..Ils veulent en même temps développer les fibres artistique et sportive de leurs progénitures en plus de l'école, ce qui rapidement surcharge leur emploi du temps. Plus l'occasion de se détendre ou de paresser, chaque minute est "optimisée"...

Mon fils est actuellement en troisième. Déjà, à la fin de l'année de quatrième, nous avons commencé à réfléchir sur ce qu'il voulait faire plus tard, tout en sachant qu'il aura tout le temps de changer d'avis d'ici la terminale. Néanmoins, il était important de se projeter dans un futur proche, à commencer par le choix du lycée...

Un vrai casse-tête pour une maman, encore plus j'imagine pour ce petit bonhomme tiraillé entre l'enfance confortable et insouciante et l'appel du monde adulte. Et je ne parle même pas des déferlements d'hormones qui chamboulent tout en lui! Il a des rêves ambitieux qui requièrent une masse importante de travail pour espérer les voir se réaliser, et pourtant il aimerait passer tout son temps à s'amuser et rigoler avec ses copains, ce que je trouve normal à son âge.

Me voilà donc face à un dilemme qui me fait culpabiliser: soit je le pousse à donner le meilleur de lui-même pour obtenir de bons voire de très bons résultats scolaires, et ainsi pouvoir espérer intégrer la grande école à laquelle il rêve plus tard; soit le laisser profiter de la vie, en veillant à ce qu'il fournisse le "minimum syndical" et profite de son adolescence et de ses amis...

En choisissant la première option je prends le risque de passer pour une mère dirigiste et tyrannique! Mais je me dirais aussi que mon fils aura plus de garantie de s'en sortir plus tard...Opter pour la deuxième possibilité risque de me faire passer pour une maman laxiste et démissionnaire, et j'exposerais mon fils à davantage de difficultés à s'en sortir plus tard...

Dans mon entourage, je connais des parents qui ont fait le choix de l'instruction à la maison. Ils dorment et se réveillent à leur rythme, n'ont pas de devoirs ni de leçons à retenir, ils apprennent à lire, écrire et compter en lisant des boîtes de céréales, en tapant sur le digicode de la porte, en voyant les numéros de bus... Pour le moment ils ont moins de six ans et leurs mamans passent énormément de temps avec eux, très attentives à leurs besoins et y répondent en prenant le temps d'expliquer les choses.

Je vois ces enfants très épanouis et éveillés, curieux de tout. Néanmoins, je trouve qu'ils sont moins à l'aise à communiquer avec des enfants scolarisés de leur âge ou en société. Et quand je vois le monde du travail actuel régi par des règles ultra formatées et accordant très peu de chances aux profils atypiques, j'ai du mal à imaginer la manière dont ces enfants pourront s'y insérer...

On dit que les parents agissent toujours pour le bien de leurs enfants. Et en attendant que leurs enfants soient en capacité de choisir par eux-mêmes, ils sont obligés de prendre des décisions à leur place... A bien y réfléchir, c'est une énorme responsabilité.

Mais comme pour toute chose, il faut essayer de trouver le bon équilibre entre permettre à l'enfant de profiter du présent, tout en lui donnant toutes les billes pour envisager plus sereinement l'avenir...

© crédit photo

Entre excellence et épanouissement
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Rachel


Voir le profil de Rachel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Rachel 17/08/2016 09:02

Je me rends compte que la recherche de l'équilibre est une quête permanente puisque - heureusement d'ailleurs - la vie n'est pas figée.
Cette année, entrée au lycée du petit - euh du grand plutôt! - et nouvelles responsabilités professionnelles pour moi, ce qui suppose un changement de rythme. De nouveaux défis en perspective qu'il faudra relever!
Bises

Ony 02/08/2016 07:56

Oooh je tombe sur ton article et je ne peux que réagir :-)
Alors est-ce qu'il a trouvé ce qu'il veut faire, son rythme entre s'amuser à fond et se donner à fond... etc.? Et toi l'équilibre? L'équilibre est de toute façon une somme de déséquilibres, c'est une recherche constante pas vrai? ;-) Pour moi c'est important, comme vous le faites, d'en parler, de chercher, d'essayer. Et on a le droit de se tromper, alors on rectifie le tir, on continue d'apprendre... Et puis l'importance de la confiance, celle que tu lui accordes, et celle qu'il a en lui-même, pour qu'il sache qu'il est capable, et qu'il est maître de sa vie. j'ajouterais aussi que c'est important qu'il sache apprendre et s'enseigner à lui-même, alors il saura rebondir et ne sera pas effrayé devant de nouvelles méthodes... car des compétences ou des connaissances qu'on a aujourd'hui ne garantissent pas une réussite dans 10 ou 20 ans, compte tenu de l'évolution constante de notre monde. bref, confiance, autonomie, savoir s'adapter, se donner les moyens et se dire que se tromper est autorisé (car je crois que notre système actuel ne tolère absolument pas l'échec, mais cela nous paralyse malheureusement et nous ôte l'envie même d'essayer. or, se tromper est inévitable voire nécessaire pour apprendre et avancer, et pour trouver enfin sa voie même si ça demande des années).
bises à vous

Rachel 20/05/2016 06:00

Le cas de ton fils n'est pas isolé malheureusement! D'où le rôle important que jouent les parents! Bisous Catherine

Rachel 20/05/2016 05:59

Ce n'est pas facile tous les jours mais il faut essayer...Bonne journée Paulette! Bisous

Dhelicat 19/05/2016 19:22

Un choix pas facile pour lui d'autant qu'à cet âge on a pas toujours d'idée très précise de ce que.l'on fera plus tard c'est difficile aussi de s'imaginer dans la peau d'un job encore plus de savoir à quelle sauce on sera mangé et le travail qu'il faudra fournir ... tenter de leur donner les clés en les aidant dans ce choix toug en sachant qu'il est aussi fonction du choix de lycée et de la section choisie mon dernier qui a fait le choix d'un bac moins généraliste puisque technologique la appris à ses dépends quand aux choix qui s'offrait à lui plus tard il a essayé plusieurs choses avant de trouver sa voix une période douloureuse mais j'ai tenu bon et il passe un BTS cette année en ayant l'ambition de continuer une 3ème année voire une 4e et 5e ... De la persévérance pour la maman aussi courage tu es une maman a l'écoute c'est le principal plein de bisous

Petitgris 13/05/2016 18:59

Tu te trouves devant le choix le plus difficile à faire car il t'oblige à te projeter vers l'avenir. Bien choisir la voie qui prépare l'adolescent à une vie d'adulte épanoui n'est pas chose facile et l'enfant, s'il a des préférences, n'a encore aucune idée concrète de ce que sera sa vie dans le monde du travail . Il faut en parler avec lui et te dire que cela peut changer d'ici la terminale. En parler dès maintenant est très bien je trouve! Tu es une maman attentive et prévoyante :) Bon week end Rachel Bisous